image Titre

des "réclames" CALOR



Léo TROUILHET    l'artiste 


Léo Trouilhet et Calor
Histoire d’un industriel Lyonnais 1881 - 1969

Il y a 50 ans disparaissait l’une des figures les plus marquantes du monde industriel lyonnais : LEO TROUILHET, le président fondateur de la firme CALOR. Le 3 décembre 1969, à 88 ans, celui qui a révolutionné, au 20e siècle, les Arts ménagers, s’éteint paisiblement, dans le petit village de son enfance, Moularès, à quelques encablures d’Albi.
 De 1917 à 1971 le nom de CALOR a envahi la planète entière, faisant rejaillir sur la ville de Lyon une juste et indiscutable renommée. CALOR se place naturellement dans la lignée des grands industriels lyonnais aux cotés de Mérieux, Berliet, Lumière, Boiron, Visseaux, Rhône-Poulenc, ces entreprises conquérantes qui consacrent le génie inventif de notre région.

Léo Trouilhet industriel et artiste

Pour se délasser des soucis importants occasionnés par la direction de son empire, Léo Trouilhet trouvait dans sa propriété de Moularès des ressources infinies.
Fin dessinateur, et photographe avisé, il avait rencontré, à Lyon, le grand artiste qu’était Jean Dulac, 1° Prix de sculpture de Paris, président de la Société lyonnaise des Beaux-arts pendant plusieurs décennies. Leur amitié fut totale pendant le reste de leur vie.
A  Moularès, Léo Trouilhet a créé l’Académie de peinture de Moularès où, l’été étaient invités, en résidence, les amis peintres lyonnais : Dulac, père et fils,  Couty…
Le président de Calor laisse ainsi une œuvre considérable complétée par des toiles exécutées lors  de voyages en Afrique du nord, avec Dulac, à la recherche des paysages grandioses et sublimes aux portes du Sahara, ou dans les ruelles étroites de Rabat ou de Marrakech.

L’exposition retrace la vie de cet industriel, les produits fabriqués par les quelques deux mille salariés de l’entreprise, ses méthodes de vente révolutionnaires… et sa vie d’artiste peintre avec la présentation de très nombreuses toiles réalisées par lui-même et ses amis.